<

couverture papier reliure formats papiers signet texte italique poesie page partie extrait auteur notes illustrations papiers papiers couleur page bibliographie

ÉCRITURE ÉDITION MÉMOIRE DNSEP

L’heure bleue



Projet de recherche de DNSEP porté sur la présence au monde dans la photographie et la lecture. Pour l’édition de ce mémoire, je me suis concentrée sur la qualité de l’expérience du lecteur, pour lui faire vivre les notions d’instant, de lenteur et d’attention dont le sujet traite.

••

« C’est à partir d’une lecture que j’ai vraiment commencé à pratiquer la photographie. Un livre d’une écrivaine japonaise qui progressivement a fait sens dans mon regard. La littérature comme la photographie révèlent ce que l’on ne voyait pas. L’instant présent, les détails du quotidien, la beauté de l’ordinaire, le temps qui passe, les infimes variations de ce qui vit… Soumis à un rythme de vie accéléré, nous en sommes trop souvent inconscients. Pour mieux voir, il faut prendre le temps. Mais que signifie prendre le temps lorsqu’on a l’impression d’en manquer ? Dans un contexte d’accélération sociale, comment proposer, en associant deux pratiques très différentes que sont la photographie et la lecture, une autre expérience du temps et une plus grande attention au présent ?
Sans forcément envisager les deux pratiques ensemble, je m’interroge sur ce qui les rapproche en termes d’effets physiques et mentaux, de perception temporelle et sensorielle, de regard sur les images réelles et mentales. À partir des façons de percevoir le temps, mon questionnement portera sur la présence au monde, l’attention, l’expérience. Être présent, cela signifie appréhender le moment par les cinq sens, être attentif aux sensations, au rapport avec ce qui nous entoure. On peut l’expérimenter grâce à la littérature, l’acte photographique, mais aussi la contemplation de l’image, que j’élargirai à l’image-mouvement, inscrite dans la durée et faite d’une suite d’images. Pour faire vivre ces états de présence, l’édition – au sens large – tient un rôle crucial dans la réception. Rendre accessible une œuvre, un contenu, c’est faire des choix sur le fond et la mise en forme qui font sens et accompagnent ou questionnent le récepteur au niveau mental et corporel. C’est pourquoi ce mémoire a été réalisé dans un souci d’expérience du lecteur, de la manipulation de l’objet à la lecture. »
[extrait de l'introduction]

-
En tant que designer, je place l’expérience au centre de mes préoccupations, et plus précisément celle que l’on peut avoir avec le livre. Puisque vivre l’instant présent, la rêverie, ou l’état de poésie, c’est être dans l’expérience, j’envisage le livre dans son appréhension à la fois physique et mentale. C’est un objet que l’on manipule, et qui questionne tous les sens. C’est pourquoi dès le mémoire j’ai voulu proposer un objet simple, mais avec une grande attention aux détails. Je pense notamment aux choix de typographies, aux couleurs subtiles (un bleu pâle et un bordeaux pour colorer très légèrement le blanc et le noir habituels), la séparation des livrets de textes et d’images pour ne pas couper l’immersion et créer des pauses, le choix de deux papiers différents, de découpes pour signifier le statut illustratif de certains visuels à la différence de photographies plus contemplatives...

© Charlène Leroy 2019